Le GWO-KA

La formation musicale

Le gwoka (ou gwo ka) est un genre musical de la Guadeloupe. Il est principalement joué avec des tambours appelés « ka », famille d'instruments de percussion. Les autres instruments sont le chacha (une sorte de maraca) et le tibwa (instrument formé de deux baguettes de bois qu'on frappe sur l'arrière du tambour ou un morceau de bambou)1.

Les différentes tailles des tambours établissent la base. Le plus grand : le boula joue le rythme central et le plus petit : le marqueur (ou makè) marque la mélodie et interagit avec les danseurs, le chanteur et les chœurs; ces derniers sont repris généralement par les spectateurs lors de prestations en public.

Les chants du gwoka sont généralement gutturaux, nasaux et rugueux, bien qu'ils puissent également être lumineux et lisses. Il peut être accompagné d'harmonies croissantes et de mélodies relativement complexes.

Liens utiles:

http://www.massiliaka.com/quest-ce-que-le-gwoka.php

http://www.lameca.org/dossiers/gwoka/sommair.html

https://www.fanmkika.com/le-groupe

Les Rythmes

Il existe sept rythmes basiques de gwoka et de multiples variations de chacun.A chaque rythme correspond une émotion, un sentiment et un façon de danser. L’essentiel est dans l’expressivité du chanteur, l’affrontement entre le « makè » et le « dansè ».

  • Kaladja : rythme à 2 temps, lentement.
  • Menndé : rythme à 4 temps,
  • Léwoz : rythme à 2 temps, marqué par 1 repriz 2
  • Padjanbèl (à ne pas confondre avec Granjanbèl qui a une autre rythmique) ou Gwadjanbel : rythme en 3/43. Il exprime la joie, la liberté.
  • Woulé : rythme à 3 temps4.
  • Graj : rythme à 4 temps,
  • Toumblak : rythme à 2 temps, rapide..

Il existe trois autres rythmes :

  • Sobo : Rythme à 2 temps quasiment oublié (peut-être le seul rythme africain)5,6
  • Takout ou Takouta : rythme inventé par le groupe Takouta : rythmes à 4 temps développé par 3 tambours ka (un basse, un rythmique et un solo)7,8
  • Mayole (Kalenda en Haïti): C’est un duel aux bâtons sous forme de danse rythmé par le son des tambours, actuellement peu pratiqué9,10. Il symbolise la résistance.

Notons l’importance de la codification de la danse qui est souvent shunter par de nombreux apprentis danseurs qui veulent courir avant de savoir marcher :

 

  • comment et à quelle moment entrer dans une ronde de « Léwoz »
  • comment ponctuer sa danse (la « repriz »)
Les « Maîtres Ka »

 

Les « maîtres ka » figurent les chanteurs, danseurs et les percussionnistes qui ont marqués cette musique par leur prestance, les textes, le jeu…

Quelques grandes figures du Gwoka

Liste non exhaustive :

Germain CALIXTE dit Chaben, Guy CONQUETTE, Arthème BOISBAN, Marcel LOLLIA dit Vélo, Robert LOYSON, Vincent BLANCUS, Ignace MELIOT dit Dolor, Henri DELOS, Mira DELOS, François MAULEON (JERNIDIER) dit Carnot, René PERRIN, Kristèn AIGLE, Valcourt GENE, Turgot TARET, Antoine SOPTA, Laurent TURENNE, Bernier LOCATION, Ti Céleste, Pierre SERIN dit Tipyè, Sergius GEOFFROY, Baguy, Napoléon MAGLOIRE dit Napo, …

Madanm mèt fédanm

Charlotte Silvanie MOLA dite Aksidan, Louise Antoinette Bernis dite Achoun, Ahténaïse Ludovique BACH « Solange » dite Man Soso…

Les figures actuelles :

Fritz NAFER, Fred ANASTHASE, Aldo MIDDELTON, Pierrot NAROUMAN, Antonin MARTIAL, Emmanuel BLANCUS, ANZALA, Esnard BOISDUR, Yves THÔLE, Jacqueline CACHEMIR-THÔLE, Armand ACHERON, Marcel ISCAYE, JOMIMI RUGARD, François LADREZEAU, KANNIDA (René, Franck dit Zagalo, Malou GEOFFROY), INDESTWAS’KA (Frantz et André BROUSSILLON, Charles RIZED, Moïse PAULOBY, Alex JERNIDIER, René RUDDY), Raymonde PATER-TORIN, Lucien SELBONNE, Mario COCO, Georges et Sonny TROUPE, Orèl NICOISE, Teddy PELLISSIER, Simone et Josélita JACQUES, Evelyne ZENON dite Sésé…

Et de nombreux autres qui émergent ou sont moins connus…